Vous êtes ici

5 %, c’est la progression que devrait observer l’investissement international en 2017

international-investissement.jpg
19 juin 2017
Le chiffre clef
Environnement de l’entreprise

Selon la CNUCED, dans son rapport sur l’investissement dans le monde, les flux d’investissement international devrait atteindre $1 800 mds en 2017 (soit + 5 % en un an).

La croissance des flux d’investissement direct à l’étranger (IDE) n’est pas excessivement forte mais relativement soutenue (+ 5 % par rapport à 2016) dans un contexte économique et politique peu porteur.

En effet, malgré les menaces protectionnistes et géopolitiques, l’investissement international observe une dynamique qui pourrait se confirmer, à l’avenir, à la faveur de plusieurs facteurs. Au demeurant, il convient de raison garder car les évolutions de l’investissement international sont souvent inattendues.

Des facteurs conjoncturels

  • la stabilisation des chaînes de valeur mondiales (avec une baisse des échanges de biens intermédiaires) signe une sorte de retour en grâce des logiques d’investissement,
  • la menace protectionniste incite des entreprises asiatiques à s’implanter directement aux États-Unis pour contourner d’éventuelles barrières sur les échanges des biens,
  • avec la transformation numérique, nombre de grands groupes se recentrent ou se déplacent sur de nouveaux segments en procédant à des fusions ou acquisitions (F&A).

Des facteurs structurels

  • les technologies numériques conduisent à de puissantes transformations des systèmes productifs mondiaux avec de nouveaux projets autour de l’IoT, l’intelligence artificielle et la blockchain,
  • les champions nationaux chinois – grands groupes comme micro-multinationales – deviennent des acteurs globaux qui opèrent un nombre croissant d’investissements dans le monde,
  • dans l’économie numérique, les jeux coopératifs (via des alliances ou des joint-ventures) sont plus forts que les jeux concurrentiels car ils permettent, grâce aux effets de réseaux, d’élargir les écosystèmes et de toucher un nombre croissant de clients.

À plus long terme, il sera également intéressant de voir si, avec la digitalisation de l’économie mondiale, les actifs immatériels ne seront pas, plus que les actifs matériels, les "drivers" de l’investissement international.