Vous êtes ici

Coopération grandes et petites entreprises : une opportunité pour innover

cooperation-entreprises-puzzle.jpg
26 avril 2018
Le point de vue
Leviers de croissance

Interrogé par Xerfi Canal, Renaud Redien-Collot, analyste senior à l’Institut Friedland, fait le point sur l’évolution des coopérations entre les grandes et petites entreprises en France. Si les objectifs affichés en la matière par les grands groupes sont ambitieux, la situation n’a pourtant pas significativement évolué depuis une quinzaine d’années.

La coopération entre grands groupes et petites entreprises/start-up est souvent affichée comme un enjeu stratégique par les deux parties. Un enjeu qui peine à se traduire dans les pratiques… Renaud Redien-Collot pointe des réalisations très inégales selon les domaines.

Les start-up : un poids plume dans les relations fournisseurs

« Les grandes entreprises françaises continuent, dans leurs commandes, à privilégier des entreprises établies plutôt que des partenariats avec les start-up, considérées comme trop fragiles », explique l’analyste. Les grandes entreprises dépensent ainsi en moyenne 667 500 Euros/an pour se fournir chez les plus petites, ce qui représente à peine 0,1 % de leur budget.

Relations distributeurs : les grands groupes frileux

Chaque grand groupe joue le rôle de distributeur pour 6 start-up en moyenne et 6 mois sont nécessaires en moyenne pour que ce type de partenariat aboutisse. Sur les quelques dizaines de milliers de start-up existant, une grosse cinquantaine bénéficient du soutien des grands groupes comme distributeurs. Les grandes structures craignent un défaut de suivi dans le cas où ces jeunes pousses viendraient à disparaître. Toutefois, des outils existent pour encadrer la croissance de leurs protégés…

Des partenariats prometteurs en matière d’innovation

La moitié des très grandes entreprises développe des « preuves de concepts » avec des start-up, avec des possibilités de commercialisation à un ou deux ans dans 30 % des cas en 2016, plus particulièrement. Les start-up jouent donc bien le rôle de « têtes chercheuses » et d’accélérateurs d’innovation. Les grands axes du programme Industrie du Futur, entre autres, ont donc encouragé, à bon escient, les interactions entre très grandes et très petites sur les plateformes technologiques portant sur des thématiques telles que l’assistance cognitive aux opérateurs ou la modélisation et l’optimisation des territoires intelligents.

Investissements et acquisitions : du mieux mais…

Les grandes entreprises ont fait des efforts en matière d’investissement, notamment dans la Fintech, mais elles ne sont que 6 à avoir fait des acquisitions de start-up en 2016.

Pour Renaud Redien-Collot, les moyens mis en jeu sont encore relativement modestes. Cette frilosité s’explique en partie par des différences en termes de rythme et d’organisation.

 

 

Les clefs du succès

« Pour être réussies, ces coopérations doivent être précédées d’une période plus ou moins longue d’interaction. Celles qui marchent le mieux sont celles qui prennent leur temps ».

Les exemples de coopérations réussies ne manquent pas, notamment les coopérations multipartites :

  • dans le domaine du financement des start-up par exemple : certains grands groupes se sont associé pour créer des fonds en commun comme Aster qui, depuis 2010, réunit Alstom, Schneider Electric, Solvay et l’European Investment Fund, ou Iris Capital qui réunit Orange et Publicis ;
  • dans les pôles de compétitivité, de belles alliances sont nées autour de projets de fonds uniques interministériels qui permettent de développer les partenariats entre grandes et petites entreprises et laboratoires (exemple de Systematic dans le numérique sur le plateau de Saclay) ;
  • ou encore grâce aux instituts de recherche technologiques et aux pôles de compétitivité qui aident les petites et grandes entreprises à dialoguer, en amont, sur des programmes communs de recherche.

Ces exemples montrent que les entreprises ont beaucoup à gagner dans les coopérations. A condition toutefois de les aborder comme des opportunités de co-développement…