Vous êtes ici

Peut-on encore croire aux théories économiques ?

axe-recherche-mutations-economie.jpg
07 décembre 2017
Le point de vue
Mutations de l’économie

Les théories économiques nous aident à comprendre le monde qui nous entoure. A condition toutefois de ne pas en faire des dogmes …

Dans une video Xerfi, Thierry Philipponnat, Directeur de l’Institut Friedland, souligne l’intérêt et les limites des théories économiques : indispensables pour construire un raisonnement économique qui dépasse la simple opinion, elles se heurtent à l’évolution permanente du contexte dans lequel elles sont élaborées.

« Ce qui expliquait des relations économiques il y a 20 ans

ne l’explique pas nécessairement aujourd’hui »

 

La théorie économique met par exemple en exergue le lien entre création monétaire et inflation. C’est ce que montre notamment les travaux de Friedman dans les années 60. Mais force est de constater que si la création monétaire n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui, l’inflation n’est pas au rendez-vous…

Autre exemple : la courbe de Phillips met en évidence une relation négative entre le taux de chômage et le taux d’évolution des salaires (lorsque le chômage est élevé, les salariés ne sont pas en position de force pour négocier des salaires à la hausse). Cette théorie semble aujourd’hui invalidée dans de nombreux pays, par exemple au Japon qui se caractérise par une situation de plein emploi et de stagnation des salaires…

Pour Thierry Philipponnat, les théories économiques gardent leur utilité pour analyser de façon rigoureuse les liens entre les objets économiques, sous réserve d’être lucide sur ce que l’on peut en attendre et d’oser développer de nouvelles approches quand les circonstances ou les structures de l’économie évoluent.